Enfants et phobie scolaire : pourquoi ont-ils peur de l’école ?

Ils pleurent devant l’école, ils sont souvent malades pendant l’année scolaire, ils nous supplient de les laisser à la maison : ils ont la phobie scolaire, une peur bleue d’aller  à l’école. Pourquoi ?

La phobie scolaire c’est  l’histoire véridique de cette petite  fille de 10 ans qui a commencé par avoir mal au ventre tous les matins avant d’aller à l’école. Les parents ont pensé qu’avec un petit traitement symptomatique tout rentrerait dans l’ordre. Mais les choses  se sont empirées et les vomissements puis les maux de tête sont venus compléter ce tableau clinique. Quand on mettait la petite écolière au repos quelques jours, tout allait bien, mais dès qu’elle reprenait l’école, les  mêmes symptômes recommençaient à apparaitre. Une hospitalisation  a été nécessaire et les médecins, ne trouvant aucune  anomalie dans les bilans,  et prenant en considération le vécu de la petite malade, conclurent au diagnostic de phobie scolaire.

 

Ils sont nombreux les enfants qui comme cette petite fille, ont quelques rétractions à aller à l’école. Certains sont plus jeunes ont entre 5 et 7 ans, les autres plus âgées, sont des adolescents de 14-15 ans. On comprend le désarroi  et l’inquiétude des parents d’autant plus que  l’on sait que la phobie scolaire est un syndrome très sérieux.  En effet il s’agit d’un trouble du comportement de l’enfant qui nécessite une prise en charge adéquate afin d’éviter les complications néfaste pour la scolarité de l’enfant.

Mais pourquoi l’école ferait-elle peur ?

on n’est pas souvent d’accord avec cette sémantique. Ce n’est pas de l’école elle-même que l’enfant a peur. C’est  surtout de ce qui peut se passer ailleurs, en l’occurrence à la maison,  que l’enfant a une grande crainte. En étant à l’école l’enfant s’angoisse de ce qui peut arriver aux siens, en son absence. Et si un malheur arrivait à mes parents se dit-il, j’en serais  à jamais séparé.  L’enfant vit dans l’angoisse de la séparation, c’est le trouble anxieux de la séparation. Il panique et ne peut vaincre  ses hantises qu’en rentrant chez lui. C’est pour cela que tous les matins,  Il va faire  de véritable crises de panique à chaque fois qu’il sait qu’il va devoir quitter la maison. Il se sent mal, il a des  maux de ventre,  il a des  diarrhées, il veut vomir, il pleure sans raison, c’est la crise de larmes , c’est la   crise d’angoisse. Il finira par rester chez lui.

Pourquoi des enfants plus que d’autres ?

Les enfants phobiques sont des « Enfants qui pour des raisons irrationnelles refusent d’aller à l’école et résistent avec des réactions très vives de panique, quand on essaye de les y forcer ».

La phobie scolaire est parfois nuancée, et on parle alors de « refus scolaire anxieux », ou tout simplement « refus scolaire ».  Tous ces termes désignent le même syndrome et  finissent par  se rejoindre et se confondre.

 

La phobie scolaire est considérée comme une névrose, c’est un syndrome avec tout un cortège de symptômes.  Elle touche les enfants principalement à trois âges différents. On parle de pic de survenue de la maladie. il en existe trois : entre 5 et 7 ans, à 11ans et à l’adolescence.

 

Pour quoi à  ces âges ?

Les troubles du comportement en milieu scolaire peuvent arriver à tout âge mais ils n’ont ni la même signification, ni la même incidence selon l’âge et le développement affectif. Chez les jeunes, le début peut être brutal, tandis que chez l’enfant plus âgé ou l’adolescent, il est souvent progressif.

Entre 7 et 11 ans la phobie scolaire est  générée par   l’anxiété de la séparation ou trouble de séparation anxieux. L’enfant a  peur que des membres de sa famille disparaissent si on laisse empirer cet état des chose il y a de gros risques sur la santé de l’enfant devenu adolescent  qui peut sombrer dans la dépression.

Chez l’adolescent, plusieurs facteurs peuvent déclencher  la phobie scolaire : des parents très exigeants quant aux résultats scolaires,  des camarades qui se moquent de lui, des élèves plus grands qui le rackettent   etc. Aller à l’école devient un véritable calvaire pour ces adolescents.  Ils vont vivre de gros bouleversements psychologiques, parce qu’ils ont perdu la confiance et l’estime de soi. Ils vont commencer par s’isoler, par ce désintéresser de l’école, les absences scolaires sont fréquentes et la scolarité en pâtit.  Exiger de son enfant d’être le meilleur de la classe c’est lui mettre la pression  et l’enfoncer directement dans l’anxiété de performance.

Le racket est encore un sujet tabou dont les adolescents n’osent pas en parler et  que les adultes  pensent que ça n’arrive qu’aux autres ! et pourtant c’est un poids très lourd à supporter par l’adolescent tout seul. Il est en permanence soumis à une grande peur et vit dans l’angoisse permanente de se trouver nez à nez avec une bande de plus grands. L’adolescent va fuir l’école et si on l’y oblige il va « craquer » et présenter un véritable trouble psychiatrique.

D’autres adolescents sont  sujet de moqueries de la part de leurs camarades. Lesquelles moqueries sont en rapport avec l’origine sociale de l’adolescent ou son physique. Le jeune  va se retrouver psychologiquement perturbé et  déstabilisé  car affronter ses camarades  devient une véritable source d’angoisse. Il va s’isoler, fuir le groupe de ses camarades et ne plus pouvoir nouer aucune relation sociale.

Petits  ou grands les enfants phobiques sont soumis à plusieurs tensions internes et externes. Ils sont angoissés au sens médical du terme. Donc   devant un enfant angoissé les parents devraient  s’inquiéter de ce qui se passe à l’école de leur enfant.

 

En conclusion, on peut dire que l’enfant  phobique n’a  pas peur de l’école elle-même. Il a peur tout simplement de ce qui peut arriver chez lui, à sa maison, à sa maman pendant son absence. Maman peut tomber malade et ne pas venir le chercher. Une catastrophe peut survenir et empêcher ses parents de venir le récupérer,  il a peur que pour une quelconque raison  les parents vont l’abandonner. Il a peur de tout ce qui peut arriver pendant son absence. C’est la peur de l’inconnu, qu’il ne peut pas maitriser. La peur de l’école est en fait la peur de quitter la maison. La crainte de ce qui peut arriver à sa mère l’enfant se précipite chez lui, pour soulager son angoisse. Se constitue alors une forme de « refus névrotique » d’aller à l’école.

C’est l’ angoisse de séparation.  La phobie scolaire est une maladie psychologique. Elle est provoquée par une peur irrationnelle qui repose sur une situation que l’enfant va éviter en restant chez lui où rien ne peut lui arriver.  Cette maladie a ses propres remèdes et traitements qui relèvent de la prise en charge psychiatrique, laquelle prise en charge donne d’excellents résultats qui permettent la reprise de la scolarité de l’enfant sans aucun problème.

 

Docteur Samira Rekik

PARTAGER