La goutte : un rhumatisme destructeur qui préfère les ….

La goutte est le rhumatisme inflammatoire chronique le plus anciennement connu. Elle  est causée par un trouble du métabolisme de l’acide urique. Un excès d’acide urique dans le sang mène à la formation de dépôts de cristaux d’acide urique dans les articulations et entraîne les crises de goutte. Elle est associée à l’ hypertension , l’obésité, le diabète, la maladie rénale (maladies métaboliques).

La goutte touche surtout les hommes: c’est un rhumatisme destructeur qui préfère les hommes

Comment se manifeste  la goutte ?

La goutte c’est: une  douleur, enflure, rougeur et sensibilité dans la région affectée (ça fait mal!)

La crise  commence rapidement, souvent la nuit ave une difficulté à tolérer les draps et une douleur et difficulté à bouger l’articulation ou à s’appuyer dessus

La crise peut:

– durer de quelques jours à 10-14 jours

– toucher 1 articulation ou plusieurs à la fois

-il y a un  retour à la normale après la crise

Les dégâts de la goutte

Les crises de goutte à répétition peuvent causer des dommages permanents aux articulations

Les articulations les plus touchées:

– Base du 1er orteil

– dessus du pied

– cheville

– genou

– doigt

– coude

– poignet

Evolution de la goutte : 4 stades

– Au début: crise puis rémission complète (aucun symptôme)

– Avec le temps:

– temps plus court entre les crises

– crises plus longues

– douleur persiste entre les crises

– La durée des périodes intercritiques (entre les crises) indolores diminue

– La goutte entraîne une arthrite chronique, évoluant vers une

maladie incapacitante, c’est l’handicap

Le traitement de la goutte se prend à vie, et la prévention reste le meilleur traitement

 

Comment éviter ce rhumatisme destructeur?

Selon une étude américaine, de  nombreux facteurs de risque modifiables ont été associés de manière indépendante au risque de développer la goutte, y compris des facteurs diététiques (consommation de viande rouge et de fructose, par exemple), l’adiposité, la consommation d’alcool et l’utilisation de diurétiques. Inversement, il a été démontré que des habitudes alimentaires saines (par exemple, les approches diététiques pour arrêter l’hypertension [DASH]) et un apport élevé en vitamine C étaient associés de manière indépendante à un risque de goutte plus faible.

 

Cette étude  réalisée à l’hôpital de Boston aux USA, avait   pour objectif d’estimer la proportion de cas de goutte qui pourraient théoriquement être évités grâce à l’adoption simultanée de multiples comportements à faible risque, notamment un faible indice de masse corporelle (IMC), la consommation d’un mode de consommation de type DASH, une absence d’alcool, de la vitamine C supplémentation, et pas d’utilisation de diurétique.

 

44 629 hommes indemnes de goutte au début de l’étude de suivi auprès des professionnels de la santé. Des informations relatives au mode de vie, aux données anthropométriques et médicales ont été recueillies au départ et mises à jour tous les deux ans. Les données sur l’alimentation ont été obtenues à l’aide de questionnaires de fréquence alimentaire validés au départ et tous les 4 ans environ lors du suivi. Les groupes à faible risque ont été identifiés  en combinant les cinq facteurs suivants: un faible IMC (<25 kg / m 2)), adhésion à un régime DASH, absence d’alcool, la supplémentation en vitamine C (≥ 1500 mg) et absence d’utilisation de diurétiques.

 

Résultats: 1 687 participants ont été victimes de la goutte. Les cinq facteurs de risque modifiables étaient indépendamment associés à la goutte incidente. L’obésité était le facteur prédictif le plus important de la goutte; tous les autres facteurs de risque ont également été associés à une augmentation statistiquement significative du risque de goutte, même après ajustement pour l’IMC.

Conclusion: Cinq facteurs de risque modifiables représentaient 70% des cas de goutte associés à cette vaste cohorte prospective de professionnels de la santé de sexe masculin. Dans l’hypothèse d’une relation de cause à effet, les  résultats appuient l’hypothèse selon laquelle il serait possible de prévenir la grande majorité des cas de goutte en modifiant les facteurs de risque clés. ces facteurs sont:

-un faible indice de masse corporelle (IMC),

– la consommation d’un mode de consommation de type DASH,

-une absence d’alcool,

-de la vitamine C en supplémentation,

– et pas d’utilisation de diurétique.

 

Africaine-santé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here