Pour maigrir, il faut manger quand on a faim

Manger en écoutant son appétit, indépendamment de ses émotions et sans se restreindre, est associé à un risque plus faible de surpoids et particulièrement d’obésité. C’est ce que montre une équipe de chercheurs qui a travaillé à partir de la cohorte NutriNet-Santé.

Écouter sa faim est bon pour la santé : d’après une nouvelle étude menée par une équipe Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale-France), les personnes qui mangent uniquement si elles ont faim et s’arrêtent une fois rassasiées, indépendamment de leurs émotions du moment, ont moins de risque d’être en surpoids ou obèses.

Lors d’une vaste étude lancée en 2009, portant sur les déterminants des comportements alimentaires et les liens entre alimentation et santé de  50 000 personnes s’appuyant sur un suivi de dix ans, les auteurs ont alors constaté que ceux qui répondaient le plus aux critères d’alimentation intuitive ( ne mangent que s’ils ont faim), avaient le plus faible risque d être en surpoids ou obèses.

Une partie de ces résultats était attendue. Il semble en effet logique que s’arrêter de manger quand on n’a plus faim permette un meilleur contrôle du poids que continuer à ingurgiter des aliments sans appétit. Mais il est utile de le mettre en évidence de manière scientifique, ont précisé les auteurs de ce travail qui se sont demandés pourquoi les nourrissons et jeunes enfants s’arrêtent de manger quand ils n’ont plus faim, alors que certains adolescents et adultes perdent cette capacité et ne perçoivent plus leurs signaux de satiété ?

Africaine-santé

PARTAGER