Du sport sur ordonnance

Le sport prescrit par les médecins généralistes commence petit à petit à faire son chemin dans plusieurs pays. Il  recommande  à des adultes sédentaires, souffrant de maladies chroniques stabilisées, de pratiquer une activité physique régulière, modérée et adaptée.

Des études menées par l’université de Montréal montrent un gain réel pour les patientes suivies: diminution des complications post-opératoires et augmentation du taux de survie de 30% pour les cancers du sein et du côlon. Le patient doit affronter une maladie qui mange de l’énergie ainsi qu’un traitement qui le fatigue. Cela entraîne une dérégulation du métabolisme. Une femme atteinte d’un cancer du sein va perdre en moyenne 1,3 kg de masse musculaire et prendre entre 2 et 4 kg de graisse. Avec une activité physique régulière et un régime alimentaire adapté, les études prouvent que sa sensation de fatigue diminue de 20% avant la chimiothérapie et de 40% après, expliquent les spécialistes.

Samira Rekik-Africaine santé

PARTAGER