La médecine aux normes de Macdonald

Selon un article du mediscoop.net, la médecine  va se « Macdonaldiser » et, selon l’auteur de l’article, il s’agirait d’une menace bien réelle.  En effet, selon la philosophie de Macdonald, il y a 4 objectifs fondamentaux  à respecter :

  • l’efficience, c’est-à-dire l’ensemble des moyens permettant d’optimiser le fonctionnement de l’établissement (en l’occurrence, rendre un service aussi rapide que possible, à peu de frais)

En médecine, L’efficience en elle-même est une bonne chose, mais elle peut pousser à concevoir des prises en charge totalement standardisées  pas forcément heureuses quand le malade n’est pas standardisé. Pour préserver du temps médical, fort coûteux, on tend à recourir à des assistants, moins chers, mais souvent moins compétents.

  • la calculabilité, donc la possibilité de quantifier ce que l’on fait, en présumant souvent que plus on en fait, meilleur on est

Pour la pratique de la médecine, La calculabilité met l’accent sur tout ce qui peut être chiffré. En médecine, on assiste à une inflation d’indicateurs, sensés mesurer la qualité d’un service : nombre d’opérations, DMS, pourcentage d’AVC passés en UNV, nombre de thrombolyses, etc. Avec l’idée simpliste que la quantité traduit la qualité. Ce n’est pas pour rien que les « classements » du Point, de l’Express, de l’Obs font la part belle à la chirurgie, bien plus facile à quantifier que la gériatrie, et tirent de chiffres d’activité des jugements qualitatifs.

  • la prédictibilité, qui pousse à formaliser et uniformiser un maximum d’actes, pour limiter la part de l’aléatoire

La prédictibilité permet d’assurer qu’un patient sera aussi bien traité sur l’ensemble du territoire, quel que soit le jour. Il en ressort des protocoles de prise en charge, des directives cliniques (les fameuses guidelines) qui nous éloignent cependant de la singularité du malade, avec ses préférences, ses besoins propres, ses valeurs individuelles.

Enfin  le contrôle du travail.

Quant au contrôle, on le trouve dans l’informatisation du dossier médical, qui certes peut apporter beaucoup à l’archivage et à la transmission de l’information, mais peut aboutir à des logiciels monstrueux dont la finalité est plus de contrôler qui a fait quoi et quand, plutôt que d’aider le médecin ou l’infirmière. Avec cette constatation effrayante : un interne aux Etats-Unis passe désormais 40% de son temps sur un ordinateur et 12% devant le malade.

Le tableau ci-dessous résume comment l’application de ces 4 règles a été déclinée dans les restaurants de la firme et comment on la transpose en médecine.

 

Dimension Description Application au fast-food Application en médecine
Efficience Choisir les meilleurs moyens d’atteindre un objectif. Délivrer les produits dans des drive-in, commandes faites par le client, finger food, les clients nettoient leur place. Cliniques « minute », large utilisation d’assistants, chirurgie robotisée, visites brèves chez les médecins, questionnaires remplis par les patients.
Calculabilité Calculer, compter, quantifier les moyens et les objectifs, la quantité servant de critère de jugement de la qualité. BigMac, option pour des gros formats, nombre de hamburgers vendus, taille précise du hamburger. « BigMed », classement des facultés de médecine, « unités de valeur relative » pour mesurer la productivité, CIM-10, durée moyenne de séjour, taux de réhospitalisation à 30 j.
Prédictibilité Les services et les produits doivent être très similaires, quels que soient le moment et le lieu. Large utilisation de logos, magasins d’apparence standardisée, production des aliments à la chaîne, interactions formalisées avec les clients. Large utilisation de logos, bons de commandes standardisés, checklists, formulaires, protocoles cliniques, antécédents et examens préformatés.
Contrôle Contrôle accru des hommes, à l’aide de techniques automatisées, dépourvues de facteur humain. Poulets et bétail en batterie, animaux traités par hormones, aliments prédécoupés et préconditionnés, dispensation automatisée de boissons, chaises peu confortables. Codes de facturation, enregistrement médical électronique, formulaires du fardeau de la dette, revue des utilisations.

 

 

Africaine-santé

PARTAGER