Medi-Market, l’hypermarché du médicament  qui vend aussi des pizzas !

Chaque Medi-Market propose, à l’intérieur d’un espace de 1 000 mètres carrés de moyenne, une gamme de produits incluant plus de 8 000 références de parapharmacie, allant des compléments alimentaires aux laits pour bébé, en passant par des produits homéopathiques, des médicaments sans et avec ordonnance, mais aussi des produits de diététiques comme du miel ou des pizzas surgelées… ça se passe en Belgique et c’est le groupe Médicare, qui ouvre  plusieurs points de vente sur tout le territoire belge. Une confusion des genres qui a poussé l’Ordre national des pharmaciens de Belgique à porter plainte contre la firme qui, selon lui, enfreint la législation en matière de pharmacie.

De plus avec  des prix affichés de l’ordre de 20 à 30 % inférieurs à ceux constatés partout ailleurs sur la parapharmacie et les médicaments sans ordonnance, le concept a de quoi faire peur à la concurrence.

Selon le site médical Univadis, qui rapporte cette information, pour se mettre en conformité avec la législation belge qui stipule que les médicaments ne peuvent être délivrés que dans des pharmacies autorisées, Medi-Market a eu recours à une astuce qui est justement au centre de la polémique et de l’accusation de confusion organisée à son encontre. Dans chaque magasin, deux sociétés distinctes ont été mises sur pied : un Medi-Market parapharmacie et un Medi-Market pharmacie. Chaque entité a, comme la loi le stipule, sa propre entrée et ses propres produits. Une simple paroi vitrée dotée d’une porte permet pourtant aux clients de passer aisément d’un espace à l’autre, à l’intérieur même du complexe de vente. Pour les responsables de la marque, cette dissociation et la création d’ « un espace purement médical » permettent de « revaloriser le rôle du pharmacien en lui permettant de se concentrer à temps plein sur la délivrance de médicaments ». Pour ses opposants, auxquels vient de se rallier la Ligue des Pharmaciens de Flandre orientale, il s’agirait plutôt d’une belle hypocrisie destinée à enrober des « techniques de vente agressives qui n’ont plus rien à voir avec le métier de la santé »

 

Africaine-santé

PARTAGER