Méningocoque : une nouvelle Infection Sexuellement Transmissible ?

Un nouveau variant génétique du méningocoque transmissible par voie sexuelle et particulièrement virulent vient d’être identifié. Des chercheurs allemands et français viennent de réaliser une étude génomique et protéomique à partir des bactéries isolées durant une épidémie. Ces résultats, publiés dans la revue PLOS ONE, soulignent l’importance de la recommandation du Haut Conseil de Santé Publique de proposer la vaccination contre le méningocoque C conjugué pour les personnes âgées de 25 ans et plus qui fréquentent les lieux de convivialité ou de rencontre gays. C’est e qu’on pouvait lire dans un article du Dr Sophie Florence paru dans le site en ligne mediscoop.net le 14/6/2016. L’auteure ajoute que : « Le méningocoque, bactérie responsable de méningites ou de septicémies, se transmet classiquement par voie respiratoire ou salivaire. Plusieurs épidémies d’infections invasives ayant entraîné un nombre particulièrement élevé de décès, ont eu lieu en Europe et aux Etats-Unis chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). Les auteurs ont examiné les bactéries isolées au cours de l’épidémie de Paris et de Berlin. Ils ont étudié le génome entier et ont comparé la totalité des protéines exprimées à celles détectées dans des échantillons d’autres patients.

Ils ont mis en évidence un nouveau variant avec des particularités spécifiques : comme les gonocoques, il pouvait se développer sans oxygène. Les auteurs estiment que ces modifications sont liées à l’adaptation du germe à la voie de transmission génito-urinaire. La bactérie aurait également eu une seconde adaptation pour lui permettre de passer dans le sang et de s’y multiplier en échappant au contrôle du système immunitaire. Cette dernière adaptation la rendrait particulièrement invasive.

Pour conclure, les chercheurs insistent sur l’importance de la surveillance épidémiologique de cette infection afin d’adapter les stratégies de vaccination.

Africaine-santé

PARTAGER