Afrique : Elimination de la Méningite

Grâce à un programme bien ficelé et à l’aide de plusieurs ONG dont la Fondation Bill et Mélinda Gates,  la méningite ne sera plus qu’un mauvais souvenir dans le continent africain.

Pendant un siècle, la méningite A a « fait des ravages », selon l’expression de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au sein des 26 pays d’Afrique subsaharienne qui forment ce que l’on nomme la « ceinture de la méningite ». Dans les années 90, les épidémies ont été plus nombreuses et plus virulentes : en 1996, 250 000 personnes furent touchées et plus de 10 % trouvèrent la mort. Les chefs d’Etat africains lancèrent alors un appel à la communauté internationale pour qu’une solution durable et efficace soit mise en œuvre. Les vaccins polysaccharides alors disponibles présentaient de nombreuses limites : ils ne pouvaient être « utilisés qu’après le début des épidémies, ne protégeaient pas les enfants et les nourrissons et ne fournissaient qu’une protection à court terme » rappelle l’OMS. Cette dernière lança alors un appel pour qu’un nouveau vaccin soit élaboré et qu’il puisse répondre aux spécificités de l’Afrique ; son coût notamment devait être parfaitement accessible. Pour répondre à ce cahier des charges, l’agence onusienne s’est tournée vers une firme indienne, Serum Institute of India, qui a accepté de relever le défi.

 

Le nouveau vaccin, commercialisé à moins de 50 centimes la dose, a été administré  à ce jour à  plus de 220 millions de personnes dans seize états a permis d’obtenir des résultats qualifiés par tous les partenaires de cette opération (dont l’ONG américaine Path et l’Unicef) de « spectaculaires ».

 

Plus qu’encourageants, ces résultats ne doivent cependant pas être considérés comme une victoire définitive et les  campagnes de vaccination de masse doivent continuer. Parallèlement ,  le vaccin contre la méningite doit intégrer les  programmes de vaccination systématique des nourrissons , rappelle l’OMS.

PARTAGER