Diabète et grossesse: ce qu’il faut savoir

L’association du diabète et de la grossesse est une association qui n’est pas rare. Elle retient l’attention du médecin et du couple car elle nécessite une prise en charge particulière pour assurer le bien-être de la future maman et de l’enfant à naître.

Méconnaître un diabète pendant la grossesse ou ne pas le prendre en charge peut être lourd de conséquences.

Le diabète peut être antérieur à la grossesse. Il s’agit dans ce cas de préparer et de suivre une grossesse chez une femme diabétique.

Mais le diabète peut survenir au cours de la grossesse chez une femme qui n’était pas connue diabétique auparavant : c’est le diabète gestationnel proprement dit.

Pourquoi ?

Un ensemble de conditions propres à la  grossesse peuvent favoriser la survenue d’un diabète chez les femmes prédisposées ou révéler un diabète latent.

Durant la grossesse, les reins éliminent moins le glucose. D’autre part, il existe une ‘’ambiance hormonale’’ composée d’hormones sécrétées en temps normal comme le cortisol et d’hormones propres à la grossesse qui ‘’freinent’’ la sécrétion d’insuline.

Tout ce passe comme si l’organisme retenait les sucres dans le sang et inhibait l’action de l’insuline qui en temps normal est chargée  de les stocker.  L’excédent de glucose reste donc dans le sang et on a une élévation de la glycémie.

Quelles sont les femmes prédisposées ?

Les femmes les plus à risque de présenter un diabète gestationnel sont les femmes qui avant leur grossesse présentaient un surpoids, une intolérance aux glucides (‘’pré-diabète’’), qui ont déjà présenté au cours de grossesses antérieures un diabète ou ont donné naissance  des bébés de gros poids.

L’âge et les antécédents familiaux de diabète sont aussi des facteurs de risque.

Comment diagnostiquer ?

Le diabète gestationnel, comme le diabète en dehors de la grossesse peut être totalement asymptomatique ; il faut savoir alors le dépister. Il peut aussi s’exprimer par une soif intense et récidivante, des mictions fréquentes ou une fatigue inhabituelle.

Comment dépister ?

A chaque consultation, la sage-femme ou le médecin examine les urines aux bandelettes réactives pour rechercher la présence de glucose.

Une glycémie à jeun sera aussi demandée avec les premières analyses de routine.

Si tous ces examens sont normaux, on pratiquera quand-même, au deuxième trimestre de grossesse, une HGPO ; c’est-à-dire une HyperGlycémie Provoquée par voie Orale. Le test consiste à analyser la glycémie à jeun puis une heure et deux heures après avoir bu 75 grammes de glucose.

Comment traiter ?

Comme pour le diabète, la première étape sera de suivre des règles hygiéno-diététiques.

On mangera moins gras et moins sucré. Les fibres alimentaires seront privilégiées et les raps fractionnés. Une activité physique modérée et adaptée est aussi conseillée.

Ces mesures simples sont souvent efficaces pour contrôler la glycémie.

Si elles s’avèrent insuffisantes, le gynécologue en collaboration avec le diabétologue prescrira de l’insuline car le reste des médicaments antidiabétiques est formellement contre-indiqués pendant la grossesse.

Quel suivi particulier ?

La patiente sera suivie comme toute patiente diabétique avec un contrôle régulier du poids, de la glycémie et des urines, à la recherche d’un déséquilibre du diabète ou de complications.

Comme le diabète peut retentir sur le bébé, des contrôles réguliers en milieu hospitalier seront faits durant lesquels on vérifiera sa vitalité par l’enregistrement de son rythme cardiaque, sa bonne croissance par des échographies.

Ces hospitalisations sont l’occasion de faire le point afin d’assurer le bien-être et la santé de la future maman et de son enfant. Elles permettent aussi de programmer l’accouchement et de décider de la manière qu’il se fera.

Quelles précautions en salle de naissance ?

Vu que le nouveau-né de maman diabétique est à risque de faire une hypoglycémie, un pédiatre est souvent présent en salle de naissance pour effectuer le premier examen et mesurer la glycémie qui sera contrôlée régulièrement ensuite.

Que faire après l’accouchement ? Avoir diabète gestationnel signifie-t-il devenir diabétique ?

Les Femmes s’inquiètent souvent de savoir si ce diabète va persister ou disparaître.

A la maternité, les glycémies seront contrôlées comme pour bébé pendant 48 heures.

Une HGPO sera prescrite par votre obstétricien environ 2 mois après la naissance pour s’assurer de la normalisation de la glycémie.

Il est aussi recommandé de contrôler sa glycémie régulièrement annuellement ou moins fréquemment selon les facteurs de risque.

En fait la survenue d’un diabète gestationnel est déjà la preuve d’une prédisposition au diabète. Et donc, même s’il disparaît dans la plupart des cas, il est sage de prendre en charge les facteurs qui ont conduit à son apparition. C’est sans doute l’occasion pour manger plus sainement, surveiller (sans excès !) son poids et se remettre au sport.

Vigilance est en résumé le mot d’ordre pour avoir l’esprit tranquille.

PARTAGER