Franck Simon BLEHIRI LA TELEMEDECINE EN CÔTE D’IVOIRE

Eléments de synthèse à retenir :

1 / Un engagement fort des pouvoirs politiques pour les TIC : Octobre 2011, mise en œuvre du projet de gouvernance électronique (E-gouv) en vue de moderniser toute son administration.

2 / L’inscription de la E-Santé dans le plan national de développement 2012-2015 tenant compte des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des Sommets Mondiaux de la Société de l’Information (SMSI) qui s’est tenu à Tunis en 2005.

3 / Un Plan Stratégique National de Développement de la E-Santé, a été élaboré en 2012, avec toutes les parties prenantes du système de santé ivoirien.

4 / L’intérêt  pour la E-Santé a abouti le 3 mars 2014, à la création de la Coordination Nationale pour le Développement et l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication dans le domaine de la santé (CNDTIC) et à l’inauguration du Centre National de Télémédecine le 6 juin 2014.

5 / Reforme Hospitalière entreprise en 2015, intégrant l’utilisation des TIC et de la Télémédecine

6 / Tout ceci s’est concrétisé par la mise en œuvre d’un certain nombre de projets qui s’inscrivent dans la vision du gouvernement d’assurer à la population, l’accès à un système de santé moderne, efficace et équitable. Et ce, quelque soit la situation géographique.

La télémédecine, à travers les projets tels que la Télé ECG, est une réalité en Côte d’Ivoire. Elle offre une accessibilité géographique, économique et une amélioration de la prise en charge des patients quelque soit leur niveau social  malgré l’insuffisance de spécialistes. La réalisation et la réussite des projets de télémédecine impliquent  la nécessité de partenariat multiple (national, régional et international).

PARTAGER