Polio : Encore des cas dans les zones de conflit avec Boko Haram

Alors qu’il comptabilisait en 2012 plus de la moitié des cas mondiaux, le Nigeria était, grâce à de grands efforts sanitaires et à l’engagement des communautés, en passe d’être certifié « exempt » (polio free) après deux ans d’éradication. Mais deux cas sont survenus en juillet au nord du pays, dans l’Etat de Borno, zone de conflit avec Boko Haram où la situation humanitaire et sanitaire est par ailleurs catastrophique. Cependant la régression du virus sauvage semble se poursuivre en 2016 : il n’a touché que trois pays, avec 21 cas (13 au Pakistan, 6 en Afghanistan, 2 au Nigéria) contre 34 au cours de la même période l’an dernier.

Surtout ne pas baisser la garde

Concernant les cas dus aux virus vaccinaux vivants (inactivés mais susceptibles de reprendre de la virulence une fois excrétés) seul le Laos a observé 3 nouveaux cas (le dernier au 16 janvier, dérivés de la souche 2). La découverte de virus vaccinaux (souche 2) dans les égouts d’Hyderabad, la capitale de l’Andhra Pradesh, en Inde, ne remet pas en cause son statut polio free car aucun cas de poliomyélite n’y a été observé – une campagne de vaccination par le vaccin oral vivant venait d’avoir lieu. L’abandon mondial cette année du virus vivant oral trivalent (1, 2, 3) au profit du bivalent (1, 3) ou du vaccin inactivé devrait accélérer la disparition de ces cas liés aux virus dérivés de souches vaccinales.

 

L’éradication mondiale de la poliomyélite est donc proche. Mais, selon le Dr Michel Zaffran, Directeur pour l’éradication de la poliomyélite au Siège de l’OMS, les cas nigérians sont « un rappel important au monde entier – il ne faut surtout pas baisser la garde alors que nous sommes sur le point d’éradiquer la poliomyélite. L’objectif ne sera atteint que lorsque le monde entier aura été certifié exempt de poliomyélite ». La riposte par des campagnes vaccinales s’organise au Nigeria et dans la région du lac Tchad ; une région particulièrement difficile d’accès, souvent touchée par des conflits armés.

Africaine-santé

PARTAGER