Mettre son enfant à la crèche : Est-ce une bonne idée ?

Qui va garder bébé ?

Quand maman et papa travaillent qui va garder le bébé après le congé de maternité ? C’est la question qui se pose à de nombreux jeunes parents. Il arrive que les grands soient disponibles, et c’est tant mieux pour tout le monde, mais il arrive aussi que pour une raison ou une autre, ce cas de figure ne soit pas envisageable. Il reste donc, la nounou à la maison, ou alors la crèche. Notre sujet aujourd’hui est de vous parler des crèches, qui ne sont plus un simple lieu de garde, mais un endroit idéal pour le développement favorable des enfants.

Les apports positifs de la crèche

Le secteur de la garde des enfants de la petite enfance en Tunisie, fait actuellement l’objet de tout un programme et de toute une stratégie afin qu’il réponde aux conditions de l’évolution des enfants en bas âge. La commission nationale Tunisienne pour l’éducation la science et la culture a même réalisé une évaluation de ce secteur en vue d’établir des plans d’actions.

La crèche : une préparation à la socialisation

Pour un couple, avoir une structure d’accueil pour garder son enfant pendant qu’il travaille, a des conséquences très positives, sur son état psychologique, sur son moral, sur l’organisation de la vie de couple. Les crèches sont après tout des structures avec une organisation administrative et ceci rassure les parents.

Les crèches sont aussi un complément à l’éducation des parents, très précieux, ça aide à une certaine harmonie très heureuse par rapport à un attachement parfois pathologique de l’enfant à sa mère.

Dès les premiers jours de la vie, cette autonomie va favoriser l’évolution du tout petit enfant en l’armant de certaines potentialités qui deviendront des pouvoirs d’adaptation au monde extérieur. C’est une préparation à la socialisation.

L’enfant qui va à la crèche, va être conscient de la rythmicité de sa vie et de l’organisation de la vie à l’intérieur de la crèche. Il va développer une forme d’adaptation à la vie structurée.

A côté de ses semblables, l’enfant va avoir une perception d’autrui, qui va stimuler les différentes composantes de sa personnalité qui va se développer plus rapidement. C’est le cas de la mémoire, de l’attention, du langage, du développement psychomoteur et psychosocial de l’enfant. Comme toutes ces potentialités de l’enfant sont stimulées, elles vont se mobiliser et ainsi stimuler l’éveil de l’enfant, et de ce fait c’est l’épanouissement total de l’enfant.

Ce n’est pas par hasard qu’aujourd’hui on dit que les enfants sont plus éveillés c’est parce que l’environnement les stimule, nous dit Madame Tarhouni.

La crèche : un environnement adapté

Les crèches sont donc un endroit bien réglementé où les  enfants évoluent dans un environnement contrôlé et parfaitement adapté à leur besoin et où le personnel, totalement disponible, est formé à l’encadrement. Aujourd’hui une bonne puéricultrice a des notions très poussées des besoins psychologiques des bébés, et est consciente que le relationnel a autant d’importance que l’hygiène ou l’alimentation chez le jeune enfant. La petite enfance est devenue une véritable science, s’intéressant  également à l’intégration sociale des enfants, et à leur socialisation, bénéfique pour le passage à l’école.  Les créations de crèches sont régies par un cahier des charges, constamment évalué et révisé, qui nécessite le respect des  normes d’hygiène et de sécurité de l’environnement où se trouve l’enfant. L’aménagement de l’espace par tranche d’âge, les activités  de psychomotricité et pédagogiques relatives à chaque âge, sont aussi pris en considération. Ce cahier des charges tient compte aussi du respect des droits de l’enfant et de la nécessité pour le personnel qui garde les enfants d’avoir une formation spécialisée en matière de prise en charge des enfants de moins de trois ans.

Un personnel compétent

Un programme de formation diplômante a été élaboré par le ministère des affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées avec le ministère de l’éducation et de la formation, pour former les « assistantes d’éducation de la prime enfance », qui s’occuperont des enfants à la crèche. Ces puéricultrices bénéficieront d’un enseignement de deux ans axés sur le développement psychomoteur de l’enfant durant les trois premières années de la vie, sur les besoins physiologique à cet âge, dont la nutrition, l’hygiène, le sommeil, les jeux, la socialisation, sur la détection et les conduites à tenir devant les principaux signes d’alerte comme la fièvre, les diarrhées, les vomissements et autres.. ce programme prévoit aussi une formation sur les principaux accidents de la vie quotidienne et les premiers secours etc.

L’apprentissage commence à la naissance

En Tunisie, il y a un réel objectif de développer l’éducation préscolaire avant l’âge de trois ans, car, selon les experts, l’apprentissage commence à la naissance. La recherche fondamentale sur le cerveau a démontré que c’est durant les premières années de la vie de l’enfant que les fondations du développement humain sont posées. Le lien entre une petite enfance de qualité et de bons résultats à l’école primaire a été clairement établi.

Dr Samira Rekik

PARTAGER