Insomnie, dépression, anxiété chez les étudiants :en cause l’addiction au Smartphone

Les Smartphones sont devenus très populaires, et leur utilisation ne cesse de croître avec actuellement 1,5 milliard d’utilisateurs à travers le monde. Ils traitent beaucoup plus d’informations que les autres téléphones : accès à internet, aux jeux, aux réseaux sociaux, à la messagerie, aux vidéos, etc. L’addiction au Smartphone est similaire en de nombreux aspects à la dépendance à internet. Le but de cette étude est de mettre en évidence, pour la première fois, la relation entre l’intensité de l’utilisation des Smartphones et la qualité du sommeil, la dépression et l’anxiété chez des étudiants à l’université.

Les résultats mettent en évidence que la dépression, l’anxiété, et les scores de « mauvaise forme pendant la journée » plus élevés quand il y a forte utilisation. Il existe une corrélation positive entre les scores d’addiction et les niveaux de dépression, d’anxiété, de mauvaise qualité subjective du sommeil et les troubles du sommeil. Les analyses de régression ont montré que des niveaux plus élevés d’utilisation de Smartphone et une mauvaise qualité de sommeil prédisent la dépression et l’anxiété qui altèrent à leur tour la qualité du sommeil.

La forte utilisation du Smartphone n’était cependant pas un facteur prédictif indépendant de qualité du sommeil dans cette étude. Les scores importants de dépression, d’anxiété, le sexe féminin, et le jeune âge ont quant à eux été mis en évidence comme étant des facteurs prédictifs d’une forte utilisation du Smartphone.

Ainsi, les femmes et les jeunes utilisateurs sont plus vulnérables à une forte utilisation et à une addiction au Smartphone. Les auteurs attirent l’attention des professionnels sur le dépistage de ce trouble chez les étudiants ayant des scores élevés de dépression et d’anxiété, chez qui les troubles du sommeil peuvent être importants et être entretenus pas une utilisation élevée, voire une addiction à leur Smartphone.

Africaine-santé

PARTAGER