L’Alzheimer n’est pas une fatalité

Une maladie qui nous effraye de plus en plus, car elle est synonyme de dépendance et de perte de dignité, Alzheimer se répand à grande vitesse dans toutes les sociétés. Qu’en est-il exactement, peut-on éviter la maladie, et comment ?

Vieillir en bonne santé

C’est le souhait le plus cher qu’on puisse avoir à partir d’un certain âge. Quand on est jeune, on ne pense pas trop au troisième âge. Mais passées les 40 ou les 50 ans, on commence à espérer surtout de terminer sa vie en bonne santé. Est-il nécessaire de tomber malade ? Voilà une bonne question ! Eh bien non, il faut d’ailleurs savoir que certaines populations vivent longtemps et vieillissent en très bonne santé, elles méconnaissent la majorité des maladies dites liées à l’âge chez nous, comme en Europe. La raison ? D’abord l’hygiène de vie, la prévention, la pratique du sport, et le régime alimentaire…

Alzheimer, une maladie neurodégénérative….

Voilà ce qu’est Alzheimer. Il faut savoir qu’une bonne partie des maladies dites liées à l’âge sont de type dégénératif, c’est-à-dire que l’organe, ou le tissu, ou un ensemble d’organes, semblent atteindre leurs limites. Leur capital vie arrive à expiration pour dire les choses de façon simple. Un paquet de neurones donc concernant l’Alzheimer. Il faut savoir par ailleurs que les recherches avancent à pas de géants, et que l’on sait aujourd’hui que la neurogenèse a lieu tout au long de la vie. Autrement dit, des neurones continuent à être crées tant qu’on est en vie (contrairement à la thèse ancienne qui consiste à dire que la neurogenèse s’arrête à un certain âge et qu’on ne peut donc rien y faire). Ce qu’on ne sait pas encore faire c’est comment booster ces neurones souches, et les amener à maturation….

Est-ce possible d’éviter la maladie ?

On pense que la prévention permettrait à elle seule de venir à bout de près de la moitié des maladies que nous connaissons. C’est le résultat d’une étude mondiale, de grande envergure. Concernant les maladies neurodégénératives spécialement, les recommandations sont assez simples : Continuer à avoir une activité mentale, sociale, et une vie affective. L’isolement est le pire ennemi de vos neurones. Il faut écouter -toujours et encore- de la musique, de tous les genres ! Engager des discussions avec les uns et les autres, regarder des films, sortir et vivre pleinement en somme. N’oubliez donc pas, c’est la fonction qui crée (ou maintient) l’organe.

PARTAGER