Ce qui peut vous arriver quand vous arrêter de fumer

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer, les bénéfices sont très importants. Voila ce qui peut vous arriver quand vous arrêter de fumer car il a été prouvé qu’après la dernière cigarette, l’organisme se comporte de la façon suivante :

Après :

 

20minutes : la pression sanguine et les pulsations du cœur redeviennent normales.

 

8heures : la quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié. L’oxygénation des cellules redevient normale.

 

24heures : le risque d’infarctus diminue déjà. Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine.

 

48heures : le goût et l’odorat s’améliorent. Les terminaisons nerveuses gustatives commencent à repousser.

 

72heures : respirer devient plus facile. Les bronches commencent à se relâcher et la personne se sent plus énergique.

 

2semaines à 3mois : la toux et la fatigue diminuent. On récupère du souffle. On marche plus facilement.

 

1 à 9mois : les cils bronchiques repoussent. On est de moins en moins essoufflé.

 

1 an : le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié. Le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non fumeur.

 

5ans : le risque du cancer du poumon diminue presque de moitié

 

10 à 15 ans : l’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

 

 

N’oublions pas les dangers du tabagisme passif

 

Quand l’un des  partenaires fume, l’autre  n’est pas à l’abri des dangers du tabagisme dit passif.

L’inhalation par un non fumeur, de la fumée dégagée par la proximité d’un ou plusieurs fumeurs, est encore plus toxique que la fumée inhalée directement par le fumeur.

Ainsi elle contient 4000 substances chimiques dont la nicotine, des irritants, des produits toxiques et plus de 60 substances qui peuvent provoquer ou favoriser l’apparition de cancers.

Plus le temps de contact journalier avec la fumée ambiante est important, plus les risques pour le non fumeur sont importants.

 

Samira Rekik-Africaine-santé

PARTAGER