Douleur des seins: faut-il s’inquiéter?

Avoir mal aux seins, c’est fréquent dans la vie des femmes. Elles en parlent à leurs meilleures amies, à leurs collègues de bureau mais rarement à leur médecin. Or ce symptôme est à considérer sérieusement et doit être traité. Il s’agit de la manifestation clinique d’un déséquilibre hormonal  qu’il faut absolument traiter pour éviter l’apparition de petites masses bénignes mais qui risquent un jour d’évoluer vers le cancer du sein.

La douleur se présente comme une tension au niveau des deux seins, devenant très lourds, avec une localisation de la douleur  en haut et à l’extérieur des deux seins et au niveau des deux mamelons. Cette douleur peut être une simple gêne mais aussi un véritable handicap, ne permettant aucun frôlement, aucun mouvement.

La vie du sein, tout comme celle des femmes est entièrement gouvernée par les hormones. Par conséquent elle varie dans le temps en fonction du taux des hormones présent dans le sang.  On en conclut que pendant le cycle menstruel d’une femme celle-ci ressent des perturbations, physiologiques donc normales, au niveau de ses seins.

En règle générale, les oestrogènes présents au début du cycle, donnent une congestion mammaire, et en période pré ovulatoire, lorsqu’il y a le taux d’estrogène le plus élevé, se manifestent des phénomènes de tensions mammaires qu’on observe au milieu du cycle. Par la suite, l’apparition des progestérones va équilibrer l’action des oestrogènes, et pendant les règles, la progestérone a disparue et les oestrogènes sont à leur taux le plus bas, les seins sont plus petits, et c’est la période idéale pour une palpation à la recherche d’anomalies.

Il est donc facile de concevoir, qu’en cas de déséquilibre hormonal aux dépends de la progestérone en particulier, apparaissent ces douleurs mammaires appelées par les médecins Mastodynies et qui nécessitent un traitement à base de progestérone.

La répétition des phénomènes cycliques normaux donne à la longue une diminution progressive du tissu mammaire. Par contre la répétition cyclique de phénomènes pathologiques comme un déséquilibre oestroprogestatif facilite l’apparition de masses, adénomes et fibroadénomes au niveau des seins. C’est le cas des troubles du cycle menstruel qui est soit trop long soit trop court, avec des saignements même en dehors de la période des règles. Par conséquent le rôle de la progestérone est capital dans le traitement des douleurs des seins et dans celle de la prévention du cancer du sein.

Les statiques ont montré qu’une femme qui présente une masse bénigne a 3 à 4 fois plus de risques de développer un cancer du sein.

Le traitement se base donc sur la prescription de progestérone, en particulier sous forme de gel à appliquer, mais aussi  sur la prise d’antalgiques, d’anti inflammatoires, de vitamine A, de veinotonique et même de diurétiques.

La surveillance

Dominée par la crainte du cancer du sein, la surveillance doit comporter : un examen clinique tous les six mois, une mammographie tous les ans, et une échographie si nécessaire. Toutes fois la meilleure surveillance reste  l’examen régulier fait par la femme elle est même en se palpant les seins et en appréciant la moindre anomalie.

Douleurs des seins et prise de  pilule

Si des douleurs au niveau des seins apparaissent lors de la prise de la pilule, il faut changer de pilule et en prendre une autre dont les composée sont différents, en particulier avec un dosage plus accentué en progestérone. En général les résultats sont satisfaisants, et les douleurs disparaissent.

Dr Samira Rekik

PARTAGER