Entorse de la cheville : le protocole GREC

Il suffit d’un faux pas et l’entorse est là. Très fréquente, celle-ci constitue une urgence, il ne faut donc pas la négliger. Une radiographie s’impose.

L’entorse est grave et les médecins la classent selon le stade de gravité : stade 0, 1, 2, 3, selon qu’il y ait  eu un simple  étirement de ligament ou une rupture de ligament antérieur, postérieur.

Lors d’une entorse, la cheville peut être gonflée, le siège d’un œdème important, elle est douloureuse et la marche devient difficile. Le médecin doit penser à une éventuelle fracture sous jacente et demander des radiographies. En première intention il est inutile de demander des scanners, des IRM, etc.

Comment traiter une entorse de la cheville  avec  le protocole GREC

Un protocole simple doit être appliqué en première intention, le protocole GREC : glace, repos, élévation du membre, contention. On arrête toute activité, on met des poches de glaces plusieurs fois sur la cheville, on immobilise la cheville qu’on surélève sur un coussin par rapport au reste du corps.

Les béquilles sont recommandées les premiers jours

La prise de médicaments antidouleur  et anti-inflammatoires est conseillée.

 

Comment faire un bandage pour bien maintenir la cheville ?

Après le protocole GREG, on passera au traitement fonctionnel, en réalisant un strapping de la cheville. Il s’agit d’un bandage qui va maintenir la cheville en place sans trop la serrer.  Des bandes de gaz  collantes sont vendues dans les pharmacies, pour réalise les strapping. Une seule bande suffit, on va  l’appliquer sur la jambe en la faisant croiser et tourner autour de la cheville sans passer par le talon.  Ce strapping sera conservé 10 jours pour les entorses bénignes. Six semaines pour les entorses plus graves. Dans ce cas on peut utiliser des orthèses au lieu du stapping. Elles sont vendues dans les magasins spécialisés en matériel orthopédique. Elles sont très stabilisatrices et permettent de bien reposer la cheville sans la serrer. Elles ont une forme anatomique sui permet d’épouser le pied tout en le maintenant bien à sa place.

Il est rare qu’un plâtre soit proposé, mais on le fait face à un patient qui ne supporte pas la douleur ou qui est très agité.

On terminera le traitement par des séances de rééducation chez le kinésithérapeute, après avoir vérifié sur les radiographies l’état d’évolution de l’entorse.

Pour les entorses plus graves déchirures des ligaments, rupture de tendons, fractures associées,  une intervention chirurgicale est nécessaire.

Pout conclure disons que les entorses de chevilles bien soignées évoluent favorablement sans complication.

Samira rekik

PARTAGER