Laboratoires SAIPH- Burkina Faso: un partenariat gagnant-gagnant

Une délégation de médecins burkinabés a effectué mercredi 25 mai 2016 une visite de terrain dans les Laboratoires Pharmaceutiques SAIPH.

Cette visite, dont l’objectif principal était de mieux faire connaître l’industrie pharmaceutique tunisienne et ses standards de qualité auprès des représentants du corps médical burkinabé et des décideurs de ce pays, a été marquée notamment par la présence d’Aziza Htira, Présidente Directrice Générale du CEPEX, son Excellence Lambert Alexandre Ouedraogo, Ambassadeur du Burkina Faso en Tunisie,  Lamine Moulahi, Président Directeur Général de la Pharmacie Centrale de Tunisie,  le Directeur de la Centrale d’Achat des Médicaments du Burkina Faso, et le Gouverneur de Ben Arous.

Dans une déclaration accordée à Réalités Online, Ramzi Sandi, Directeur Général des Laboratoires SAIPH a affirmé que cette rencontre est une occasion pour renforcer la coopération sud-sud en matière de médicaments et des produits pharmaceutiques.

Il a indiqué que les laboratoires SAIPH cherchent à développer leur capacité de production de nouveaux médicaments et leur potentiel de commercialisation sur les marchés tunisien, maghrébin, africain et arabe.

« Ça fait une année que nous avons orienté notre vision vers les pays subsahariens. Cette stratégie s’inscrit dans la volonté des laboratoires SAIPH de développer, de 30%,  le chiffre d’affaire de l’exportation vers les pays subsahariens . »a-t-il lancé.

De son coté, Lambert Alexandre Ouedraogo, Ambassadeur du Burkina Faso en Tunisie, a expliqué à Réalités Online que cette visite s’inscrit dans le cadre de la volonté de consolider les échanges entre les deux pays, notamment dans le secteur de la santé et des produits pharmaceutiques.

Il a ajouté que l’Assemblée de la grande commission mixte de coopération bilatérale entre la Tunisie et le Burkina Faso,  qui se tiendra au mois de Septembre prochain à Tunis, permettra de  signer des accords pour approvisionner le Bukina Faso en produits pharmaceutiques SAIPH. Il a dans ce contexte ajouté que les produits les plus demandés par les burkinabé sont les médicaments génériques.

 

Élargir le partenariat avec les pays subsahariens

4

Dans ce même contexte, le Directeur de la Centrale d’Achat des Médicaments du Burkina Faso a qualifié cette rencontre, entre les responsables des laboratoires SAIPH et les représentants du corps médical burkinabé, de très fructueuse:

» Les spécialistes burkinabés sont  venus  effectuer cette visite en vue de s’enquérir de près des conditions dans lesquelles les produits pharmaceutiques sont fabriqués , sachant que nous insistons énormément sur la qualité de ces produits. Nous sommes très surpris de la qualité et du professionnalisme dont les usines SAIPH font preuve . Elles répondent à toutes les conditions de bonne pratique de fabrication de médicaments, et ce, dan le respect de toutes les normes internationales.  » a-t-il lancé. Et d’ajouter : »Dans de telles conditions nous ne pouvons qu’être heureux de travailler et de collaborer avec les laboratoires SAIPH. Nous allons poursuivre ces échanges de façon à déterminer les moyens les plus efficients de collaboration. Nous sommes très ouverts pour un partenariat avec les usines SAITPH.  On gagnera un partenariat Sud-Sud ».

Le Directeur de la Centrale d’Achat des Médicaments du Burkina Faso a expliqué à Réalités Online que les échanges Sud-sud présentent d’énormes avantages. Notamment  la facilité des procédures de transportation et d’exportation ainsi que le gain de temps et du délai de livraison étant donné l’appartenance des deux pays au même continent.

De son coté, Lamine Moulahi, Président Directeur Général de la Pharmacie Centrale de Tunisie a affirmé qu’il est devenu primordial que les usines de fabrication de produits pharmaceutiques envisagent des opérations d’exportation vers les pays subsahariens, consommateurs potentiels de médicaments, et où le nombre de laboratoires et d’usines pharmaceutiques reste limité.

Il a toutefois confié à Réalités Online que, dans le cadre des médicamentس, la Tunisie n’a malheureusement pas encore atteint la part qu’elle mérite du marché  africain . Il a appelé dans ce contexte à organiser d’autres rencontres avec les décideurs sub-sahariens en vue de concrétiser des partenariats beaucoup plus consolidés dans ce secteur vital.

« Nous cherchons actuellement des solutions dans le but de consolider les partenariats et de surmonter les difficultés (Transport, concurrence…) qui pourraient entraver ces partenariats. » a-t-il affirmé.

2

Pour sa part, Aziza Htira, présidente Directrice Générale du CEPEX a tenu à remercier les laboratoires de SAIPH pour avoir pris l’initiative d’organiser une telle rencontre fructueuse. D’après elle, cette rencontre permettra certainement de renforcer les relations avec les pays subsahariens qui réalisent aujourd’hui des taux de développement très élevés et qui représentent un marché cible pour le secteur médical d’autant plus que la Tunisie est considérée comme une référence dans ce secteur.

« Il vaut mieux renforcer le partenariat avec son propre continent que de se diriger vers des pays lointains. » a-t-elle affirmé.

Par ailleurs, Aziza Htira  a révélé que le ministre de la santé cherche actuellement à signer des conventions avec des pays subsahariens en vue de faciliter les échanges et de consolider les partenariats avec ces pays.

3

Il est à noter que, au cours des 2 dernières années, SAIPH a investi 30 millions de dinars pour développer la surface de ses installations industrielles de 10 000 à 20 000 m2, tout en les dotant d’équipements modernes et répondant aux standards internationaux les plus élevés en matière de fabrication de médicaments.

Hajer Ben Hassen

PARTAGER