Accro à internet: une addiction qui inquiète

L’addiction à internet inquiète beaucoup les chercheurs car selon les récentes études elle serait associée à des troubles d’ordre psychiatrique

Etre dans  l’impossibilité à contrôler l’utilisation d’Internet, c’est  ça la dépendance à Internet. Elle se déclare  avec tous ses signes classiques à savoir la perte de contrôle, l’impulsivité, l’état de  manque.  Comme toute addiction, cet état entraîne  une souffrance et une incapacité fonctionnelle dans la vie quotidienne.

Les adolescents semblent être les plus touchés par ce phénomène. Les études effectuées dans différents pays montrent une prévalence de 0,3 à 26,7 % avec une prédominance nette dans les pays asiatiques.

Les études s’accordent cependant sur la fréquence élevée des maladies  psychiatriques  associées chez ces patients, en particulier le TDHA (trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention), la phobie sociale et le trouble dépressif majeur.

Certaines études ont cherché à évaluer la prévalence de la dépendance à un internet dans un échantillon de lycéens italiens âgés de 14 à 16 ans ainsi que sa relation avec la phobie sociale et la dépendance à d’autres substances. Les résultats ont montré que :

Près de 5 % d’ados dépendants ont des maladies psychiatriques associées à leur addiction (provoquées par l’addiction ?)

Il existe une légère prédominance masculine. Sur l’ensemble de l’échantillon, 10,9 % sont atteints d’une phobie sociale. Parmi les participants dépendants à internet, six (soit 31,8 %) ont également été reconnus comme ayant une phobie sociale et quatre (soit 21,05 %) ont rapporté une utilisation actuelle ou passée de drogues (cannabis et cocaïne).

Mêmes si ces résultats sont limités, ils suggèrent qu’une population importante de jeunes,  montre les signes d’une addiction à Internet ou sont à risque de la développer. L’anxiété sociale semble être à la fois un facteur de risque et une maladie associée  fréquente du mésusage d’Internet.

Les auteurs de l’article qui ont rapporté cette étude rappelle  que  la dépendance à Internet est un phénomène hétérogène avec différents sous-groupes (le cybersexe, les jeux, les réseaux sociaux, les achats en lignes, etc.) susceptibles de différer en termes d’âge, de sexe, et de maladie psychiatrique.

Africaine santé

PARTAGER