Enfant hyperactif : et si c’était un trouble biochimique ?

Certains enfants sont tellement turbulents qu’on se demande où ils vont chercher toute cette énergie, et si quelque part ils n’ont pas un trouble caché. Effectivement ce trouble existe, et la maladie liée, à ce trouble, est l’hyperactivité, qui à l’âge scolaire donne du fil à retordre, aux parents, aux enseignants, et parfois à tous leurs petits camarades de classe.

Une bonne partie des enfants  hyperactifs commencent à avoir des problèmes de comportement dès leur première année de vie : ils pleurent plus souvent et plus longtemps, dorment très peu, sont agités, et s’alimentent mal. Par la suite ils vont être incapables de tenir en place, de se concentrer, d’organiser des tâches. Par contre ils seront très sensibles aux distractions. Ce sont des enfants qui perdent fréquemment leurs affaires. Pour parler, ils ont un besoin d’interrompre les autres, et sont incapables d’attendre leur tour. L’impulsivité et l’agressivité sont deux traits de caractère souvent présents chez ces enfants.

Notons malgré tout que ces enfants développent certaines capacités, comme un potentiel intellectuel souvent élevé, statistiquement supérieur à la moyenne, et surtout une imagination et une créativité remarquables.

L’hyperactivité, une véritable maladie

Mais est ce que tous les enfants turbulents sont des enfants hyperactifs ?A partir de quand faut-il s’en inquiéter ?

La manifestation dans le comportement, qui différencie l’enfant hyperactif de l’enfant normal est l’impossibilité à soutenir l’attention sur des tâches et des buts déterminés. Elle s’accompagne de lassitude, de manque de concentration, d’étourderie, de maladresse, de troubles de l’apprentissage de la lecture.

D’après les spécialistes, un enfant hyperactif est un enfant dont l’activité motrice est augmentée et désordonnée, accompagnée d’impulsivité, de réactions agressives et de troubles de l’attention qui perturbent son efficience scolaire. Ces troubles doivent être en décalage net par rapport à l’âge et au niveau de développement de l’enfant pour qu’on puisse parler d’hyperactivité.

On estime aujourd’hui que l’hyperactivité affecte entre 3 et 6 % des enfants d’âge scolaire avec une prépondérance chez les garçons. La majorité des enfants hyperactifs  garderont ce syndrome à l’âge adulte.

Les causes de l’hyperactivité

Les problèmes de comportements des enfants hyperactifs sont d’ordre neurologique. Le dysfonctionnement cérébral résulte en fait d’un trouble biochimique quantitatif, au niveau du cerveau, qui concerne les neurotransmetteurs : manque de sérotonine et excès de dopamine.

Les études concernant les causes de l’hyperactivité des enfants sont toujours en cours. Certains chercheurs avancent la carence en fer, d’autres une carence en magnésium.

Selon certaines études, 40 % des enfants ayant des troubles d’apprentissage ou du comportement en milieu scolaire sont touchés alors même que leur Q.I. est normal.

Le traitement

Un enfant hyperactif a avant tout besoin d’être sécurisé et aimé. Libérer son énergie est devenu pour lui une parade contre le stress et les angoisses.

Les brimades et punitions demeurent lettre morte, même s’il a besoin d’une éducation assez ferme.

Il faut lui inculquer des principes de vie réguliers. Les horaires du coucher, des repas et de la sieste doivent être de véritables repères, à propos desquels il n’y a pas matière à discuter.

Face à un enfant hyperactif, il est recommandé de proscrire, ne serait ce que provisoirement certaines situations sensibles comme les visites au supermarché, les visites chez les amis, ou les repas de famille.

Un enfant hyperactif à  grand besoin qu’on s’occupe de lui, il est conseillé donc  de vous intéressez à ses activités, et de l’écoutez.

Si l’hyperactivité s’installe dans la durée, la consultation et la prise en charge par les spécialistes, pédiatres, neurologues et psychiatres sont nécessaires pour une bonne évolution de l’enfant en particulier son intégration en milieu scolaire.

Samira Rekik

PARTAGER