Statine, antihypertenseurs : oui, les effets sont bénéfiques

Statine,  antihypertenseurs : oui, les effets sont bénéfiques sur la prévention cardio-vasculaire

Encore une étude pour prouver  que les statines et les antihypertenseurs sont des médicaments efficaces dans la prévention cardiovasculaire  et ceci pour 3 raisons importantes :

1- Chez  des patients « tout venants », nous voyons que certains d’entre eux ont été victimes de leur non-observance thérapeutique, ce qui, par réciproque, témoigne que ces traitements sont efficaces chez ceux qui les prennent soigneusement.

2- Ces résultats prouvent  le rôle de la dyslipidémie dans l’AVC et par ricochet sur le bénéfice d’une statine dans la prévention de l’AVC mortel, à côté du traitement antihypertenseur dont le bénéfice sur cette complication n’est plus discuté par personne.

3- C’est réconfortant, en ces temps de polémique, pour les thérapeutes qui osent prescrire des statines en prévention primaire.

Les auteurs ont effectué une étude de population en utilisant les dossiers électroniques médicaux et de prescription à partir de registres nationaux finlandais entre 1995 et 2007. C’est ce que rapporte un article publié sur le site  médiscoop.net du 6 avril 2016.

Sur les 58.266 patients âgés de 30 ans ou plus avec une hypercholestérolémie indemnes d’accident vasculaire cérébral ou de maladie cardiovasculaire préexistante, 532 patients sont décédés dans les suites d’un accident vasculaire cérébral (cas) et 57.734 sont restés indemnes d’AVC incident (contrôles) au cours de la durée moyenne de suivi de 5,5 ans.

Les auteurs ont pu capturer, d’année en année, l’observance aux traitements par statine et antihypertenseur dans les deux groupes d’étude et estimer l’excès de risque de décès par accident vasculaire cérébral associé à la non-observance.

En conclusion, les personnes atteintes d’une hypercholestérolémie et d’une hypertension qui ne prenne pas régulièrement   leur traitement par statine et antihypertenseurs, ont un risque considérablement accru d’accident vasculaire cérébral fatal. Le risque est plus faible si le patient est correctement observant de l’un de ces deux traitements au moins.

Africaine-santé

PARTAGER