Le curcuma, plante magique du 21ème siècle

Considéré à tort comme le safran des pauvres, le curcuma vient de faire l’objet d’un article sur le célèbre Journal International de Médecine. C’est une plante magique, apprend-t-on. En effet deux séries de travaux viennent confirmer les effets extraordinaires du curcuma contre les infections les plus rebelles aux traitements habituels.

La première série des travaux à mesuré l’activité de la curcumine contre 23 souches de Candida, et a évalué un éventuel effet inhibiteur sur l’adhésion de Candida à des cellules épithéliales buccales humaines in vitro. (Le Candida est l’agent responsable de certains aphtes). Pour ce faire, ont été mises en œuvre de classiques techniques de détermination de concentrations minimales inhibitrices, et des études d’adhésion avant et après exposition à de la curcumine. Il est apparu que certains micro-organismes étaient très sensibles au Curcuma et que son action inhibitrice de l’adhésion des Candida s’avérait plus puissante que celle d’une molécule de référence, en particulier pour des souches isolées de mucus buccal de patients VIH séropositifs. Les auteurs soulignent, dans leur conclusion, que la curcumine pourrait être l’un des composés les plus actifs jamais découverts contre un agent d’une mycose tropicale.

La seconde série, a testé l’activité in vitro de la curcumine, qui a dévoilé un fort potentiel thérapeutique tant en matière d’éradication bactérienne que de restauration des dommages induits.

Un potentiel thérapeutique certain

La conclusion de ce second essai était que la curcumine possède en la matière le potentiel d’une thérapeutique alternative de qualité, et que s’ouvre le champ de nouvelles études fondamentales.

Le curcuma apparaîtrait vite comme une plante magique des années à venir.

Contre le cancer

De son côté le Journal of National Institut of Cancer, présente les premières études sur les effets du curcuma dans l’accompagnement des traitements du cancer. Les premiers résultats, non encore publiés, font états d’effets positifs certains et parfois remarquables.

L’épice a été mêlée à différentes recherches  incluant des maladies comme le cancer, les maladies cardio-vasculaires ou la maladie d’Alzheimer.  C’est dans les cas de cancer que le curcuma semble être le plus prometteur.

Contre les maladies de la peau

Le curcuma (Curcuma longa) est une plante herbacée originaire du sud de l’Asie. Son nom proviendrait du mot arabe « korkom »

En Asie, le curcuma est utilisé comme médicament traditionnel pour le traitement des maladies de peaux, en particulier dans le traitement de la gale.

En Inde, il est utilisé comme anti-inflammatoire

Selon les statistiques, le cancer du côlon est moins présent dans les zones où l’on consomme beaucoup de curcuma.  Le principe actif du curcuma, qui est la curcumine, intéresse de plus en plus d’équipes de chercheurs.

La curcumine pourrait également aider à stimuler les cellules du système immunitaire qui engloutissent les protéines du cerveau qui marquent la maladie d’Alzheimer.

Dr Samira Rekik

PARTAGER