La fatigue : maladie ou signe d’alerte ?

Fatigue2Il n’y a pas une seule cause à la fatigue,  mais plusieurs. Seul le malade peut apprécier son degré de fatigue, et le médecin doit en tenir compte : il n’existe aucun test pour l’apprécier ou la quantifier.

Après un effort physique ou intellectuel exceptionnel, il est tout à fait logique de se sentir fatigué. C’est normal, c’est physiologique. Il en est de même en cas de surmenage professionnel, de stress, de  conditions climatiques : trop chaud, trop froid, de grossesse, de ménopause, avant les règles, en cas de décalage horaire, de sommeil insuffisant. Cette fatigue disparait après le temps de repos nécessaire pour un retour à l’état normal. C’est la fatigue physiologique.

Il existe une autre fatigue, qui est pathologique, toujours en rapport avec une maladie et qui nécessite une  consultation chez le médecin. Toutes les infections virales de la simple grippe à l’hépatite et autres infections virales plus graves comme le SIDA, les infections microbiennes, les troubles endocriniens et métaboliques, (diabète, thyroïde, insuffisance rénale, insuffisance hépatique etc.) les maladies du sang, les cancers,  les anémies, les maladies cardiaques et pulmonaires, les maladies neurologiques,  certains médicaments, les  addictions comme la dépendance à l’alcool au tabac, à la drogue, les maladies du système comme la polyarthrite rhumatoïde, les troubles du sommeil et même l’obésité, peuvent être à l’origine d’une grosse fatigue.

Pour faire un bon diagnostic et pouvoir traiter correctement le médecin devra demander à son patient si la fatigue est isolée ou si elle s’accompagne d’autres plaintes. Il va aussi  s’enquérir des antécédents de la personne, de ces maladies chroniques, sous jacentes, virales,  de médicaments en cours, le stress, la dépression.

Que signifie la fatigue ?

Sans vouloir vous alarmer, voilà à quoi pensent les médecins face à certains signes qui accompagnent la fatigue :

Fatigue plus perte de poids : maladies malignes, tumeurs

Fatigue plus peau sèche, intolérance au froid : hypothyroïdie

Fatigue plus endormissement dans la journée : apnée du sommeil

Fatigue plus anxiété ou dépression : désordres psychiatriques

Fatigue plus douleurs aux articulations avec des éruptions cutanées : maladies du système

Fatigue plus trouble gastro-intestinal : infection gastro-intestinale, ou problèmes au niveau de la thyroïde

Fatigue  plus prise de médicaments : mauvais usage de ces médicaments

C’est en fonction de tous ces éléments que seront orientés les examens cliniques et biologiques. Mais la pratique a fait qu’il est plus rassurant et pour le patient et pour le malade, de demander certains bilans standards.

Traitement

Si on trouve une cause à la fatigue on traite celle-ci. S’il n’y en a aucune, il va falloir s’intéresser à son mode de vie. Revoir ses habitudes alimentaires et privilégier les aliments riches en vitamines et en oligo-éléments. On essayera de faire une activité physique au moins deux fois par semaine, en ayant bien pris soin de porter les vêtements adéquats pour cela. Si des problèmes de sommeil existent il est temps de vérifier si on a une bonne literie et si le lit est bien orienté pour un sommeil parfait. Ce sont des petits détails, mais qui font toute la différence pour avoir la pêche toute la journée.

On ne manquera pas de souligner que ces derniers temps on reconnait un statut de « fatigué chronique» à certaines personnes qui sont toujours lasses. Dans ce cas un traitement  est à l’honneur, recommandé par les anglo-saxons : les thérapies comportementales. Voir notre article à ce sujet.

Samira Rekik

PARTAGER