Mort subite par arrêt cardiaque : les signes  qui doivent vous alerter

On déplore chaque année, dans le monde,  plusieurs millions de  morts subites d’origine cardiaque ce sont les  « arrêts cardio-circulatoires soudains » [ACS], à l’intérieur ou en dehors de l’hôpital. Malgré les multiples efforts, tant dans la prévention que dans le traitement, le taux de survie après,  reste faible, de l’ordre de 7 %. Or il est possible que certains signes d’alarme, dans les heures, les jours ou les semaines précédant l’arrêt, puisse permettre dans certains cas une intervention en urgence précoce, capable d’améliorer le pronostic dans un sous-groupe de patients.

Ces signes sont :

-des douleurs thoraciques, une dyspnée, une syncope, des palpitations, des signes digestifs ou dorsaux, voire un état pseudo grippal. Ces signes peuvent  survenir dans l’heure, le jour, la semaine, voire les 4 semaines précédant l’ arrêt cardio-circulatoire  soudain.  Ces signes d’alarme sont retrouvés dans  51 % des cas.

Les signes d’alerte diffèrent  selon le sexe. Les hommes s’étaient plaint davantage de douleurs thoraciques et les femmes de dyspnée.

Ces signes prémonitoires sont souvent méconnus ou ignorés par le patient qui ne juge pas nécessaire de prévenir les services d’urgence. Or un  appel précoce, en règle téléphonique, améliore considérablement la survie.

Ces notions doivent conduire à une meilleure information des malades et de leur entourage, notamment en cas de cardiopathie pré-existante.

Africaine-santé

PARTAGER