Criminalité alimentaire: la Tunisie fortement concernée

0
242

Des tonnes et des tonnes de viandes avariées, de poissons impropres à la consommation, de fromages  pourris, de chocolats moisis, d’huiles frelatées, de boites de conserves périmées, circulent dans nos commerces et mettent la vie des citoyens en danger. Ces pratiques ne sont pas l’apanage de quelques cupides commerçants inconscients, il s’agit d’une nouvelle criminalité qui se développe en Tunisie, après avoir fleurie ailleurs dans le monde.

Vendre des produits  invendables, rapporte gros, presque autant que le trafic de drogue avec un risque très faible : une contravention et au pire quelques mois de prison, si le criminel se fait prendre.  Entre décembre 2014 et janvier 2015, Interpol  a mené une vaste opération, dans 20 pays européens,  appelée « L’opération Opson IV » ,  5 661 tonnes de marchandises et de 681 000 litres de boissons, impropres à la consommation ont été retirés du marché. Dans un communiqué, Interpol a rappelé que  « les résultats de l’opération Opson montrent clairement l’ampleur de la menace que constitue la fraude aux denrées alimentaires, qui touche tous les types de produits et les régions du monde ». qui ajoute que « le lien entre le trafic de marchandises illicites et la criminalité organisée transnationale est clairement établi »

Selon un rapport de l’Association nationale agricole d’Italie, publié en janvier 2015, « les groupes mafieux ont désormais la mainmise sur des entreprises agroalimentaires, des hôtels, des restaurants ou d’autres entreprises commerciales en lien avec l’alimentation. Ainsi, pas moins de 5 000 restaurants en Italie seraient gérés par ce type de groupes. Ils sont également présents dans des circuits d’import-export illégaux de produits alimentaires ou encore dans des abattoirs et des boulangeries clandestins. Au total, les mafias italiennes auraient généré un chiffre d’affaires de 15,4 milliards d’euros dans l’industrie agroalimentaire en 2014 (pour un ordre de grandeur, le groupe Danone a généré un CA de 21,1 milliards d’euros en 2014) » précise le rapport.

En Tunisie, quelle est l’ampleur de la situation ?

Un petit retour sur ce qui a été annoncé par les voies officielles et repris par les médias nous donne un avant gout de ce qui se passe chez nous : « Quelque 850 kg de poulets vifs et 450 kg de poulets prêt à la cuisson impropres à la consommation, ont été saisis par la brigade de contrôle économique de la Manouba, ce samedi 16 mai 2015 dans un abattoir anarchique situé dans une ferme agricole à Oued Elil, dans la région de la Manouba. Les agents de contrôle ont également saisi à la même ferme, près de vingt tonnes de viandes ainsi que deux tonnes de foie périmées, en plus d’un stock de 20 tonnes d’oignon séché ».    « En coordination avec  la direction régionale du commerce et de la santé au gouvernorat de la Manouba, la direction de la police municipale a effectué, jeudi, une vaste campagne de contrôle dans une usine tunisienne des dérivés du lait, a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. Par la saisie d’importantes quantités d’aliments avariés et impropres à la consommation, les unités sanitaires et de la police municipales  sont parvenues à enrayer une véritable catastrophe sanitaires : 3, 1 tonnes de fromage, 08 tonnes de cacao, 525 kg de gélatine ou encore 7, 7 tonnes de graines de riz de chocolat ont été saisies ».  «Une tonne de volaille, 10 kg de poissons, 1650 litres de liquide de nettoyage, de boites de conserve et de 850 litres d’huile d’olive emballés dans des bouteilles en plastique non alimentaires » ont été saisis. « Les forces de l’ordre ont réussi à saisir cinq tonnes de viande avariées qui ont été introduites illégalement sur le territoire tunisien le 16 février 2015. Cette viande provient à l’origine d’Inde » !!!! « Les forces de l’ordre ont ensuite procédé à la perquisition des locaux de la société destinataire de cette cargaison. Elles y ont trouvé une autre tonne de la même viande. Ces quantités étaient destinées à être vendues au public ».  Si on ne voit pas dans ces détails les prémices d’une Tunisie qui bascule dans la criminalité alimentaire, c’est qu’on  est dans l’inconscience « sanitaire » la plus totale.

 

Pour l’OMS, la grande majorité des gens connaîtront à un moment de leur vie une maladie d’origine alimentaire ou véhiculée par l’eau. Cela met en lumière combien il est important de garantir que les aliments que nous ingérons ne soient pas contaminés par des bactéries, des parasites, des virus, des toxines et des produits chimiques toxiques. Les aliments insalubres sont à l’origine, selon les estimations, de 2 millions de décès par an. Ils sont responsables de plus de 200 maladies, allant de la diarrhée aux cancers. Plus de 200 maladies se propagent par l’intermédiaire des aliments.

 

Dr Samira Rekik

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here