Jeûner la nuit pour diminuer le risque du cancer du sein?

Les dernières recherches médicales ont suggéré que l’horaire des prises alimentaires et des périodes de jeûne, à coté de leur nature ou de leur quantité, pouvait intervenir sur le métabolisme et la cancérogénèse.

Un travail de l’US National Health and Nutrition Survey suggérerait qu’un régime alimentaire incluant des périodes de jeûne améliorerait les facteurs de risque néoplasiques. L’étude Women’s Healthy and Living (WHEL) a porté sur l’effet de l’alimentation sur la récidive et la mortalité par cancer du sein mais offert également l’opportunité d’analyser l’influence de la durée du jeûne nocturne. Ce travail a été conduit entre le 1er Mai 1995 et le 3 Mai 2004,  auprès de 3 088 femmes chez lesquelles avait été diagnostiqué peu de temps auparavant un cancer du sein invasif à un stade précoce. Le but premier de WHEL était de préciser si un apport alimentaire riche en légumes, fruits et fibres pouvait réduire le risque de récidive. Cet objectif n’a pas été atteint. Mais une étude complémentaire a été possible, grâce à un recueil précis et répété des prises alimentaires et de leurs horaires tout au long du nycthémère.

Le suivi médical de ces femmes a duré en moyenne 7,3 ans. Les auteurs de ce travail se sont donc intéressés  aux récidives,  à l’apparition de nouveaux cancers sur cette période  de 7,3 ans. Sur une période  plus longue, 11,4 ans, ils ont étudié la mortalité d’une façon globale chez ces femmes.

Il  en ressort de cette  l’analyse qu’une durée de jeûne nocturne inférieur à 13 heures par nuit est associée à une hausse de 36 % du risque de récidive de néoplasie mammaire, sans modification toutefois de la mortalité spécifique ou globale. Ces résultats rejoignent ceux d’études expérimentales antérieures qui avaient avancé qu’une prolongation de la période nocturne de jeûne diminue le risque de maladies chroniques, diabète, maladies cardiovasculaire et cancers en premier lieu.

La durée de jeûne nocturne sur 24 heures était par définition la période entre la première et la dernière prise alimentaire par jour.

En résumé, prolonger la durée de l’intervalle de jeûne nocturne pourrait être une méthode simple et efficace pour diminuer les récidives de cancers mammaires féminins.

Africaine santé

PARTAGER