Le premier cas de fièvre du Nil occidental en Europe a été signalé en Russie

Dans le tout dernier rapport sur les menaces liées aux maladies transmissibles publié aujourd’hui, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) a confirmé un cas humain de FNO dans l’oblast de Rostov en Russie, le 4 juillet. Il s’agit du premier signalement d’un cas européen pour la saison 2016. Lors de la semaine précédente, six cas avaient été signalés en Israël. À la date du 7 juillet 2016, aucun cas de FNO chez l’homme n’a été rapporté au sein des États membres de l’UE.

Durant la saison de transmission qui s’étend de juin à novembre, le CEPCM surveille la situation au sein des États membres de l’UE et des pays voisins. Des cartes interactives et un tableau recensant les cas sont mis à jour de façon hebdomadaire et sont rendus publics sur le site du CEPCM. L’objectif est de fournir des informations récentes aux autorités chargées de la sécurité du sang en Europe. Selon les réglementations de l’UE, les États membres doivent différer les dons de sang provenant de personnes s’étant rendues ou résidant dans des zones de transmission de la FNO.

Le CEPCM a instauré une surveillance de la FNO en 2011 à la suite d’une épidémie de grande ampleur qui a frappé la Grèce en 2010. Depuis cette date, des centaines de cas autochtones ont été signalés en Europe chaque année.

Rappel:

  • Le virus du Nil occidental peut être à l’origine d’une maladie neurologique mortelle chez l’homme.
  • Néanmoins, environ 80% des personnes infectées restent asymptomatiques.
  • Le virus du Nil occidental est principalement transmis par les piqûres de moustiques infectés.
  • Il peut aussi provoquer une maladie grave et la mort chez le cheval.
  • Il existe des vaccins pour les chevaux, mais pas encore pour les êtres humains.
  • Les oiseaux sont les hôtes naturels du virus du Nil occidental.

Africaine-santé

PARTAGER