Savoir manger pour réduire son diabète

Le diabète est  aujourd’hui  considéré comme une maladie cardiovasculaire. Et on peut dire qu’il est soumis aux mêmes facteurs de risques que les maladies cardiaques, dont  l’obésité, le manque d’exercices physiques, le taux élevé du mauvais  cholestérol etc.  Dans ce cas l’observance des règles hygiéno-diététiques  trouve toute son utilité.

Traiter un diabète c’est d’abord donner des médicaments mais aussi  faire respecter certaines règles de vie, car il faut anticiper sur les complications à longue ou courte échéances. L’expérience a montré que les patients acceptent de prendre leurs médicaments, mais refusent de  changer d’habitudes, surtout  alimentaires.

Les recommandations se résument en gros à : réduction des lipides saturés, des sucres raffinés, trois heures hebdomadaires d’activité. Ça parait compliqué mais en réalité c’est assez simple. C’est le principe du « bien manger, bouger ».  C’est facile à condition que le message soit bien transmis au patient  par ses thérapeutes. Une question se pose,  qui a toute son importance dans la vie de tous les jours des personnes diabétiques, c’est comment concilier  habitudes culturelles et mesures hygiéno-diététiques ?  La réponse à ce dilemme revient au nutritionniste  qui saura jongler avec les us et coutumes culinaires afin que  bien manger ne soit pas synonyme de  privation. Un régime trop strict se solde généralement, à plus ou moins long terme, par un échec. Avec un  nutritionniste  on peut arriver  à une réduction des acides gras saturés, des acides gras trans et des glucides simples, au profit des glucides complexes et des acides gras insaturés. La consommation de fruits, de légumes, de céréales complètes et de poisson est encouragée.

Perdre du poids est bénéfique pour le sujet diabétique.  On dit aussi, et c’est scientifiquement prouvé, que le passage de l’obésité au diabète est rapide. « Il n’y a pas de mystère, l’obésité résulte toujours d’une formule mathématique où les entrées sont supérieures aux sorties ».  Aujourd’hui l’obésité se mesure en tour de taille. (Inférieur à 102cm chez l’homme,  et à 88 chez la femme).

Trente minutes d’activité physique  par jour

On ne le répètera jamais assez, le tiercé gagnant c’est 0-5-30, pour vivre  bien et vieux. 0 cigarettes, 5 fruits et légumes par jour, 30 minutes de marche par jour.  Comme on vient de le dire c’est  tous les jours qu’il faut marcher, à son rythme, pendant 30  minutes. Cette activité physique va entraîner  une diminution du tour de taille et de l’indice de masse corporelle. Elle améliore  la tension artérielle, la circulation du sang dans le corps,  les chiffres du cholestérol. Trente minutes d’activité physique quotidienne diminuent de 30 % la mortalité.

Baisser même modérément la consommation  calorique, tout en associant  une modification qualitative de l’alimentation et une  pratique régulière d’une activité physique,  n’est que bénéfice pour le patient diabétique et non diabétique.

Samira Rekik

PARTAGER