Acide folique : Pourquoi faut-il ne ….

Dans les pays développés le folate (acide folique) est désormais ajouté dans les produits céréaliers Les folates se trouvent également en grande quantité dans plusieurs aliments d’origine végétale ou animale, mais sa biodisponibilité est plus grande dans les compléments ou dans les aliments enrichis qu’à l’état naturel dans la nourriture

Les folates ou acide folique sont aussi appelés Vitamine B9

Acide folique: pourquoi faut-il ne pas en manquer?

Les folates sont impliqués dans la maturation des globules rouges . Ils sont nécessaires au développement du système nerveux fœtal. L’apport en folate est de 1000 μg; des doses supérieures (jusqu’à 5 mg) sont recommandées chez la femme qui a déjà eu un nourrisson qui présente une malformation du tube neural. Les folates sont fondamentalement non toxiques.

Déficit en folates

La carence en acide folique est fréquente. Elle peut être due à des apports inadéquats, à une malabsorption ou à l’utilisation de divers médicaments. La carence entraîne une anémie mégaloblastique (indiscernable de celle due à la carence en vitamine B12).

La carence maternelle augmente le risque de malformations congénitales du tube neural. Le diagnostic nécessite des confirmations par des examens de laboratoire.

Les causes les plus fréquentes sont des apports insuffisants (habituellement en relation avec la dénutrition ou l’alcoolisme), l’augmentation des besoins (p. ex., due à une grossesse ou à l’allaitement) et la malabsorption (p. ex., en cas de prise  de certains médicaments). Une carence peut également résulter d’une biodisponibilité insuffisante et d’une augmentation de l’excrétion .

La cuisson prolongée détruit le folate, prédisposant à un apport insuffisant. L’apport en acide folique est souvent trop faible (p. ex., chez l’alcoolique). Les réserves hépatiques ne couvrent que les besoins de quelques mois.

L’alcool perturbe l’absorption, le métabolisme, l’excrétion rénale et la réabsorption des folates.

Certains médicaments : Le 5-fluorouracile, la metformine, le méthotrexate, le phénobarbital, la phénylhydantoïne, la sulfasalazine, le triamtérène et le triméthoprime altèrent le métabolisme des folates.

Aux USA, de nombreux aliments de base (p. ex., céréales, produits céréaliers) sont systématiquement enrichis en acide folique, ce qui tend à réduire le risque de carence.

Les signes d’une carence en folates:

La carence en folates peut entraîner une glossite (inflammation de la langue), une diarrhée, une dépression et une confusion.

Une carence en acide folique pendant la grossesse augmente le risque des anomalies du tube neural du fœtus et peut-être aussi des troubles au niveau du cerveau.

Diagnostic

Les examens comprennent une NFS et la mesure de vitamine B12 plasmatique et du dosage des folates

La NFS peut montrer une anémie mégaloblastique (globule rouge anormalement grand), indiscernable de celle de la carence en vitamine B12. Si les dosages de folates sont < 3 μg/L ou ng/mL (< 7 nmol/L), une carence est probable. Les folates sériques reflètent bien le statut en folates à moins que les apports aient récemment augmenté ou diminué. Si les apports ont changé, le niveau de folates érythrocytaires (GR) reflète mieux les stocks tissulaires. Un taux < 140 μg/L ou ng/mL (< 305 nmol/L) est signe d’une carence.

Un statut en acide méthylmalonique normal (MMA) permet de différencier une carence en folates de celle en vitamine B12 parce que les taux d’acide méthylmalonique augmentent en cas de carence en vitamine B12 mais pas en cas de carence en folates.

 

Traitement

Supplémentation orale en folate:  400 à 1000 μg po 1 fois/j rechargent les tissus et induisent habituellement une guérison même en cas de carence due à une malabsorption. Les besoins moyens sont de 400 μg/j. (Attention : En cas d’anémie mégaloblastique, la carence en vitamine B 12 doit être exclue avant le traitement par du folate. En cas de carence en vitamine B 12 , une supplémentation en folates peut améliorer l’anémie mais n’améliore pas les déficits neurologiques et peut même les aggraver.) Chez la femme enceinte, les apports journaliers recommandés sont de 600 μg/j. En cas de grossesse antérieure avec un fœtus ou un nourrisson présentant une anomalie du tube neural, la posologie recommandée est de 1000 à 5000 μg/j.

 

Africaine-santé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here